Campagne mondiale contre les impacts du COVID-19 sur les peuples autochtones, afro-descendants et amazoniens

Agressions des États et extractivisme

1. Situation du Covid-19 en Amazonie: un ethnocide

Carte des cas confirmés de Covid-19 dans la Pan Amazonie au 17 juillet 2020. Total des cas confirmés en Amazonie: 609.121. Total décès: 17869.

Le Covid-19 est une pandémie, elle est endémique et génère une crise structurelle jamais vue auparavant. Tel est le profil du défi auquel nous sommes confrontés. C’est donc un danger réel et violent contre les peuples.

Les systèmes de santé se sont effondrés, mais dans de nombreux pays, les systèmes de santé des villes réagissent au nombre de morts. Mais pas dans les zones rurales.

Alors qu’en Amazonie, l’ethnocide fait partie des actions des États, exprimées par l’absence persistante de médecins, de systèmes de santé dans les communautés, de médicaments. À cela s’ajoutent les contagions incontrôlées de personnes entrant dans les territoires, le paiement des aides palliatives des gouvernements qui ont obligé les gens à aller à la banque générant de nouvelles contagions.

2. Comment en sommes-nous arrivés à cette pandémie?

La pandémie de covid-19 n’est pas accidentelle, il y a des facteurs qui la renforcent:

• Animaux très concentrés dans les élevages industriels
• Changement climatique
• Changement de nos habitudes alimentaires
• Déforestation
• Destruction et déséquilibre de la biodiversité
• Élevages bovins
• Exploitation minière
• Transgéniques
• Villes plus grandes et plus peuplées

3. Progression de l’expansion de l’extractivisme et de l’endettement des États avec un soutien ouvert au secteur des entreprises

Les gouvernements profitent de la pandémie pour imposer des quarantaines et introduire des mesures répressives. Reste à la maison! Elle est énoncée comme une obligation de la population, tandis que les obligations des États d’avoir des hôpitaux, des lits, des médecins et des services ne sont pas remplies.

Il y a une dépression dans l’économie, une crise alimentaire et sanitaire sans précédent à laquelle nous devons faire face unis et mobilisés.

Les gouvernements mettent en œuvre des plans en coordination avec les organisations internationales, s’endettaent, génèraent des ressources pour les secteurs des entreprises.

4. Certitudes

L’absence d’un système de santé interculturel augmente la vulnérabilité des peuples autochtones, c’est pourquoi nous devons promouvoir la santé interculturelle, locale et communautaire en tant que mécanisme garantissant le droit à la vie et à la santé. Cela ne veut pas dire que nous renonçons à exiger des États l’attention et la protection de nos droits à la vie et à la santé.

L’extractivisme, les OGM, la déforestation, l’agro-industrie menacent gravement l’Amazonie, notre santé, notre alimentation, nos cultures et notre existence.

Nous devons arrêter les plans de financement pandémique et post-Covid-19 qui ne profitent pas aux peuples autochtones, aux secteurs urbains populaires, à l’environnement et à la nature. Pour ce faire, la mobilisation doit exiger que les dépenses des gouvernements autour du covid-19 soient rendues transparentes.

Il faut garantir le financement de la souveraineté alimentaire, de la production alimentaire des villes et des familles et faire face ainsi aux éventuelles carences et famines qu’annonce la crise. La souveraineté alimentaire et l’autonomie gouvernementale sont l’articulation nécessaire à mettre en œuvre.

5. Objectifs, campagnes et actions

I. Demandes aux gouvernements amazoniens

1.1 Renforcer l’action communautaire équipée et les soins personnels pour lutter contre l’ethnocide dû à l’abandon par l’État de la lutte contre le Covid19 et d’autres maladies

1. L’État garantit du personnel de santé et du matériel (médicaments, tests rapides, oxymètre de pouls, oxygène, équipement de protection) basés sur les structures communautaires.
2. L’État garantit les droits aux médicaments, au matériel et les honoraires des agents de santé communautaire (promoteurs, végétalistes, sages-femmes)
3. Conseil médical et supervision, soit avec des brigades en face à face ou à distance (radio, téléphone), y compris pour la santé mentale.
4. Les États mobilisent leurs unités de transport et de logistique, surmontant la lenteur bureaucratique.
5. Application de la variable ethnique et culturelle dans les actions et les statistiques sanitaires.

1.2 Moratoire immédiat sur les activités extractives dans les territoires amazoniens pour qu’elles cessant d’être des vecteurs d’expansion pandémique

1. Arrêter les opérations d’extraction (bois, mines, bétail, soja, monocultures, hydrocarbures, tourisme et autres) et les reporter jusqu’à la vaccination des peuples amazoniens.
2. Arrêter les initiatives étatiques de «réactivation économique» avec la réduction des droits autochtones, sociaux et environnementaux, et leurs contrôles respectifs.
3. Le droit fondamental à l’eau et arrêt de sa contamination est une question essentielle face à la pandémie.

1.3 Garantie alimentaire et sociale aux communautés, sans vecteurs de transmission monétaire.

1. Fournir aux communautés des aliments sains et des produits sanitaires (masques, savon, eau de javel, équipement de protection) avec des protocoles de biosécurité. Achat public de produits agricoles communautaire.
2. Évitez les sorties pour collecter des aides monétaires avec le risque de revenir infecté.
3. Installations de quarantaine pour les arrivants dans les communautés.
4. Garantir le droit à une éducation interculturelle bilingue pendant une pandémie.

1.4 Soutenir les luttes pour réorienter les politiques néolibérales face au Covid19, réduire les inégalités sociales et renforcer l’autogestion communautaire.

1. Audit indépendant de l’endettement, des investissements et des plans de l’État face au Covid19 et sanction en cas de corruption.
2. Canaliser le bénévolat pour soutenir les campagnes en cours à cet égard.
3. Développer des forums virtuels et des campagnes sur le changement des politiques publiques face à cette pandémie et les pandémies futures.

II. Soutenir les initiatives communautaires

2.1 Soutien aux promoteurs communautaires qui résistent et affrontent la pandémie, à travers leurs organisations nationales.

1. Rendre visibles les expériences de santé communautaire réussies face au Covid19.
2. Médecins bénévoles pour la consultation à distance ou «télémédecine».
3. Médicaments, provisions et équipes médicales au service des communautés.
4. Renforcer la réciprocité et les échanges pour l’autonomie alimentaire.

2.2 Appui aux campagnes de solidarité économique telles que le Fonds COICA et autres, pour une aide sanitaire immédiate.

1. Canaliser le soutien des artistes et des événements culturels vers les initiatives en cours des communautés et de leurs organisations nationales.
2. Canaliser le bénévolat pour soutenir les actions des organisations amazoniennes.

2.3 Développer l’information et la communication alternative, rejetant le secret, la désinformation étatique de l’ethnocide.

1. Soutenir les initiatives en cours sur les informations alternatives sur la pandémie amazonienne.
2. Promouvoir les réseaux de communication autochtones et populaires et leur accès aux médias nationaux.

2.4 Renforcer les initiatives d’autonomie gouvernementale autochtones et populaires comme base de l’autogestion de la santé communautaire, face à l’abandon de l’État.

1. Soutien aux luttes et actions en cours pour l’autonomie territoriale des peuples amazoniens.
2. Développer des forums pour la diffusion et le renforcement de ces processus
3. Appui aux processus et forums en cours sur les systèmes de santé interculturels communautaires et à la décolonialité de la santé.

III. Actions au niveau international

3.1 Mission sanitaire urgente de l’OMS, de l’OPS et des réseaux de santé pour assister le Covid19 dans les communautés, face aux handicaps de l’État.

1. Des millions de signatures de lettres de demandes à l’OMS et à l’OPS pour une mission d’urgence en Amazonie et l’intervention des organes des Nations Unies chargés des droits de l’homme (PPII et rapporteurs sur la santé, CERD, CIDH, OIT).
2. Forums sur les responsabilités de l’OMS, OPS, ONU sur la santé communautaire.

3.2 Plaintes auprès de l’ONU (Cerd, OIT, Rapporteur PPII), de la CIDH et des juges nationaux (appel pour la protection constitutionnelle) pour l’ethnocide d’État et mesure de protection pour la défense des défenseurs, et attention effective et pertinence culturelle.

a. Fournir un soutien juridique spécialisé aux organisations communautaires.
b. Soutien aux forums d’AIDESEP, OPIAC, APIB et autres, sur leurs réclamations déjà en cours.

CONTINUONS À CONSTRUIRE ET À ARTICULER

Prochain webinaire pour les détails du processus et des actions Jeudi 23 juillet à 14h00 (Lima, Quito, Bogotá) / 15h00 (La Paz, Caracas) / 16h00 (Brésil).

Propositions et confirmation du lien du webinaire à:

amazonizatecovid19@gmail.com

A <span>%d</span> blogueros les gusta esto: